Balades dominicales sur les contreforts des Rocheuses

Dimanche 22 Mars – Le NCAR Trail
Bon vous commencez à avoir l’habitude : à Boulder le week end, il fait super beau ! Nous en profitons donc pour continuer à explorer le Front Range : petite chaîne de montagnes longue de plusieurs centaines de kilomètres qui constitue le bord oriental des Rocheuses. Nous nous dirigeons vers le sud de Boulder en direction du quartier qui porte étonnement le nom de … South Boulder. Pour cela, nous nous rendons au pas de course en direction de l’arrêt du bus Skip puisqu’évidemment même un dimanche, on arrive à être en retard.
Notre carrosse nous dépose dans un quartier résidentiel et après quelques centaines de mètres, sur son nid d’aigle nous apercevons le NCAR dont la couleur ocre tranche avec les sombres forêts de Green Mountain.

Le NCAR devant les Flatirons.

Le NCAR devant les Flatirons.

Nous entamons donc l’ascension de la colline. Un panneau à l’entrée du sentier nous informe que nous entrons sur le domaine des coyotes ce qui n’est pas sans inquiéter Hélène. Ces animaux de la même famille que les loups occupent, en meute généralement, les prairies arides aux alentours des habitations et chapardent leur nourriture dans les restes laissés par les humains ou chassent de petits mammifères. Rassurons d’avance tout le monde, nous ne ferons aucune mauvaise rencontre au cours de la montée.

Aucun coyote à l'horizon, en avant !

Aucun coyote à l’horizon, en avant !

Nous arrivons devant le National Center for Atmospheric Research, où depuis le début des années 60, les scientifiques ont pour mission d’ « explorer et comprendre notre atmosphère et ses interactions avec le Soleil, les océans, la biosphère et l’Homme. »

Environnement de travail plutôt sympa !

Environnement de travail plutôt sympa !

Il est possible pour le public de visiter les lieux et d’en apprendre plus sur les recherches. Vu le beau temps, nous remettons cette activité à un futur pluvieux. Aux abords du site, un petit parcours dans les sous-bois présente de nombreuses sculptures et des panneaux informatifs sur les principaux aspects du climat étudiés dans les laboratoires du NCAR. Didactique et vulgarisateur.

Quand je parlais de nid d'aigle.

Quand je parlais de nid d’aigle.

Notre balade se poursuit vers le Nord en direction du parc de Chatauqua. Après un bon pic-nic et mes essentielles Pom-Potes, nous avons l’opportunité de découvrir les Flatirons sous un angle différent.

DSC02990_bis

Les mabouls devant les Flatirons.

Bien que nous soyons à peine sortie de l’hiver et que, moins d’une semaine auparavant, la neige recouvrait ces pentes, tout est assez sec. La flore sur ces terres arides est composée d’herbe presque brulée et de nombreux cactées. Quelques petites fleurs de roches égaient néanmoins le chemin de petites touches de couleurs.

A Boulder, il y a des cactus. Moi je me pique de la savoir. Aie Aie Aie Ouille !

A Boulder, il y a des cactus. Moi je me pique de la savoir. Aie Aie Aie Ouille !

Le sentier chemine tranquillement entre vallon et colline. La marche est agréable dans ce temps printanier et ne demande pas d’effort particulier. Plusieurs randonnées différentes partent d’ici pour explorer des abords de rivière, la Green Mountain ou même à destination d’une grotte. Si les abords du NCAR étaient assez fréquentés, le chemin que nous empruntons est plus calme et nous permet de réaliser de jolis photos où seule la nature subsiste.

DSC02991

Rien devant les Flatirons.

Les prairies font maintenant place à des forêts de résineux alors que nous redescendons vers Boulder. Nous cheminons le long d’une rivière qui a connu de fortes inondations il y a maintenant deux ans. Ses berges sont un entrelacs d’arbres arrachés qui sont une vraie menace pour les autorités de la ville. En effet, ce bois sec situé à quelques centaines de mètres seulement des habitations pourraient rapidement s’enflammer durant les sécheresses estivales.
Si l’on nous avait averti de la présence de coyotes dans les environs, c’est une rencontre bien plus amicale que nous faisons puisque quelques minutes avant de rejoindre la route de notre chez nous au niveau du Chatauqua de Boulder, nous repérons à une cinquantaine de mètre de nous une petite harde de biches (doe en anglais) qui paît tranquillement dans les sous-bois. Nous nous approchons un petit peu pour les observer et les mitrailler de photos avant de nous éloigner précautionneusement pour ne pas les déranger.

On a retrouvé la maman de bambi !

On a retrouvé la maman de Bambi !

Dimanche 29 mars – le Red Rocks Trail
Toujours un superbe dimanche, c’est d’un lassant …
Hélène ayant un peu forcé lors d’une séance d’escalade, nous partons pour une légère promenade seulement. Nous avons choisi aujourd’hui d’aller pic-niquer au grand air sur les rochers rouges à l’entrée de la ville (voir mon article sur le Viewpoint trail). Nous remontons donc Boulder Creek au frais le long de la rivière pour arriver à l’entrée du canyon qui marque la frontière ouest de Boulder. Nous traversons un grand parc où les jeunes enfants jouent un peu trop près à notre goût des volutes de marijuana et c’est parti pour le Red Rocks Trail.

Allons siffler là haut sur la colline. Zaï Zaï Zaï Zaï.

Allons siffler là haut sur la colline. Zaï Zaï Zaï Zaï.

Cette courte et facile randonnée débute au Settler’s Park (parc des Colons). C’est en effet en ce lieu que fut établit en octobre 1858 le premier campement permanent, l’embryon de Boulder, par 24 chercheurs d’or attirés par les rumeurs de présence du métal précieux. Bien leur en a pris puisque de retour à Denver début 1859, ils ramenaient avec eux une fortune de plus de $100000.

Les colons ont du se dire qu'ils arrivaient dans le trou du cul du monde !

Les colons ont du se dire qu’ils arrivaient dans le trou du cul du monde !

Le montée est constituée de quelques marches aménagées sur un rocher parsemé de quelques petits arbres. Bientôt, nous arrivons dans une sorte d’alpage au dessus duquel est posée la principale structure minérale, une sorte de cathédrale de pierre posée sur la colline.

Pour tous les fans de cailloux. (coucou Léo)

Pour tous les fans de cailloux. (coucou Léo)

Derrière nous, nous avons une vue dégagée sur Boulder, qui permet de s’apercevoir que dans la partie nord de la ville, il y très peu d’immeubles et pas mal de verdure.

North Boulder

North Boulder

N’écoutant que notre courage et notre goût de l’aventure, nous entreprenons l’ascension du Red Rock prenant exemple sur d’autre grimpeurs émérites qui semblent avoir au moins 8 ans. Sans assurance, nous parvenons quand même sans encombre au sommet de la difficulté.

Entre Cliffhanger ...

Entre Cliffhanger …

... et premier de cordée.

… et Premier de cordée.

Nous profitons de la vue pour un bon sandwich. Et là, c’est le drame : l’essai Pom Potes au goût pêche-mangue-carotte n’est pas transformé ! Nous passons quelques minutes à lézarder au soleil pour nous remettre de cette émotion forte.
La descente est rapide et nous emmène vers l’entrée du sentier du Mt Sanitas qui est vraisemblablement notre prochaine sortie. Le retour citadin, un peu long, se fait via le quartier de Mappleton qui est certainement le plus riche de Boulder avec notamment une clinique d’un joli aspect extérieur puis par la remontée de Pearl Street et de ces boutiques, toutes ouvertes le dimanche, bien entendu. Nous rentrons de bonne heure puisque le soir, nous allons participer à une discussion sur la place des noirs dans les études supérieures aux Etats Unis chez la responsable de notre cours de conversation en anglais.

A bientôt pour l’ascension du Mt Sanitas.

A bientôt pour l’ascension du Mt Sanitas.

Le coin chiffres :

NCAR Trail

NCARDistance totale du parcours : 9.61 km – 5.97 miles

Durée totale : 3h

Altitude de départ : 1750 m | Altitude d’arrivée : 1747 m
Altitude Maxi : 1945 m | Altitude Mini : 1625  m
Dénivelé total du parcours : 825  m
Dénivelé négatif : 414  m
Dénivelé positif : 411  m

Red Rocks Trail :

red_rocksDistance totale du parcours : 7.74 km – 4.81 miles

Durée totale : 2h

Altitude de départ : 1711 m | Altitude d’arrivée : 1711 m
Altitude Maxi : 1745 m | Altitude Mini : 1625  m
Dénivelé total du parcours : 156  m
Dénivelé négatif : 78  m
Dénivelé positif : 78  m

0 réflexions sur “Balades dominicales sur les contreforts des Rocheuses

  1. Floran … c’est vraiment toi qui escalade ce rocher ou c’est un super effet d’optique du photographe et en réalité c’est tout plat !
    Si c’est bien toi … bravo et à la vue de cela, on pourra refaire des sorties en raquettes dans des zones un peu escarpées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *