En descendant le Colorado : Arches NP

Mercredi 15 juillet

Nouvelle étape dans notre road trip puisque si nous continuons à suivre le fleuve Colorado, nous quittons l’état du même nom pour rejoindre l’Utah voisin. Cet état dont la capitale est Salt Lake City est connu comme l’état des mormons, il comporte 5 parcs nationaux dont 2 se trouvent à proximité de la seule ville de Moab. Ca tombe bien, c’est là que nous allons !rianes_jour04

Comme vous pouvez le constater sur la magnifique carte réalisée par Hélène, nous prenons des chemins de traverse et suivons le fleuve plutôt que l’autoroute. Deux raisons pour cela : profitez des paysages de l’Ouest et surtout arriver aussi vite que possible aux campings bordant le parc national d’Arches. En effet, il faut arriver de bonne heure pour trouver un bon emplacement (toujours la règle du premier arrivé, premier servi puisqu’ici rien n’est réservable). Cela ne nous empêche pas de profiter sous un soleil intense, des routes désertes entourées tantôt de hautes falaises rouges, tantôt de longues plaines désertiques dont la monotonie n’est troublée que par quelques excroissances minérales (on a pris plus de photos de ces paysages dans notre deuxième road trip de l’été, donc vous n’aurez qu’un avant goût ici …)

Non Jeff t'es pas tout seul.

Non Jeff t’es pas tout seul.

Pas trop de place au suspens : nous trouvons une belle place dans un camping au bord de la rivière. Luxe infinie, nous montons même nos tentes à l’ombre ce qui nous assurera des réveils relativement frais (n’oublions pas que nous sommes tout de même dans un désert). Enfin, vu la vitesse où les campings se sont remplis, nous avons bien fait d’arriver avant 11h ! Une fois le campement établit, j’ai un peu de mal à me faire à la chaleur écrasante et je propose aux filles d’aller prendre une salade en ville. L’idée est accueillie avec enthousiasme et ce sont donc d’énormes salades géantes qui nous sustenterons !

Toujours plus fort : Jeff prend même la pause devant les panneaux de camping !

Toujours plus fort : Jeff prend même la pause devant les panneaux de camping !

Une fois le repas rafraichissant pris sous les brumisateurs, nous nous rendons vers l’un des symboles de l’Ouest Américain : le parc National d’Arches et ses … arches \o/

Plus grande concentration d’arches au monde, le site a été classé Parc National en 1971 même si il est protégé par décret du président Hoover depuis 1929. On dénombre près de 2000 arches dans le parc mais aussi d’autres formations toute aussi remarquable. A noter que sont reconnues comme arches, les trous dans la roche d’un mètre minimum dans au moins une direction. Quiconque découvre une roche peut la nommer, une manière comme une autre de passer à la postérité, c’est gravé dans la roche (les vrais comprendront). C’est parti pour la visite !

Allez hop, la photo pour les ARCHives …

Allez hop, la photo pour les ARCHives …

Premier arrêt au visitor center (ma passion) afin d’avoir une estimation des sites à visiter pour cette première approche et également de connaître l’heure du coucher du soleil pour avoir des couleurs rougeoyantes. Pas d’information vraiment hors des sentiers battues ou qui nous surprennent à ce moment. Il faut dire qu’avant de partir, mes collègues m’avaient offert un guide sur les parcs nationaux de l’Ouest qui se révèle des plus complets. (encore merci !) On en profite aussi pour faire l’indispensable plein des gourdes (des panneaux rappellent partout dans le parc qu’en plein désert il faut énormément boire) et des douches solaires : le camping n’est pas équipé en haut et le visitor center est le point d’approvisionnement le plus proche.

Une longue rampe en montée nous emmène directement au premier point de vue : Park avenue. D’immenses falaises rouges qui nous frappent par leur caractère lisse donnent en effet l’impression de parcourir une rue New yorkaise encadrée de gratte ciel. Sur notre gauche, on distingue même un rocher qui ressemble étrangement au buste de Nefertiti. Un peu plus loin, un statue grandeur nature d’Ariane, Lauriane et Hélène : les Three Gossips (ou trois commères) surveille le flux incessant des quelques 4 millions de visiteur par an.

A gauche, Nefertiti mais où est NeferGrosminet ???

A gauche, Nefertiti mais où est NeferGrosminet ???

De droite à gauche : the Organ, Tower of Babel, Sheep Rock et les Three Gossips

De droite à gauche : the Organ, Tower of Babel, Sheep Rock et les Three Gossips

On remonte dans la voiture pour profiter de la clim et nous rendre au prochain point de vue qui va nous donner une vision d’ensemble des Petrified Dunes, nous permettre d’apercevoir nos premières arches au loin et enfin d’admirer les montagnes de La Sal dans le lointain. Au temps anciens, ces dunes étaient de véritables dunes de sable qui ont été recouvertes par des sédiments. La pression de ces couches a cimenté ces dunes transformant le sable en pierre tout en conservant la forme originelle. L’érosion a fait son travail et la couche supérieure s’est délitée, laissant apparaître ces fossiles de dunes. Surprenant !

Dune c’est joli, de deux c’est pétrifiant !

Dune c’est joli, de deux c’est pétrifiant !

Les biens propres montagnes de La Sal.

Les biens propres montagnes de La Sal.

Retour au frais – relatif – pour quelques minutes pour rejoindre l’un des sites emblématiques du parc. Imaginer un éperon rocher de presque 40 mètre de haut avec posé au dessus en équilibre précaire un rocher plus grand que 3 cars. Vous avez devant vous Balanced Rock ! Un petit circuit permet d’en faire le tour à pied et de s’approcher de la base. Au moment où l’on arrive au pied, un car de touriste asiatique arrive sur le parking. Les touristes prennent seulement 30 secondes pour faire une photo avant de remonter sans profiter du site exceptionnel ! On apprendra plus tard que le temps moyen d’un visiteur à Arches est de 45 minutes ! Sachant qu’on va y passer presque 2 jours entiers dans le mois qui vient sans en avoir explorer la totalité, on se demande ce que ces touristes ont le temps de voir !

Balanced Rock, Cadence Rock, cool Rasta !

Balanced Rock, Cadence Rock, cool Rasta !

Floran face aux éléments ! (et qui prend un malin plaisir à apparaître sur toutes les photos des touristes du bus)

Floran face aux éléments ! (et qui prend un malin plaisir à apparaître sur toutes les photos des touristes du bus)

Virage à droite pour rejoindre les secteur des Windows Arches et plus précisément le parking bordant la patrouille des éléphants, vaste ensemble aux formes massives faisant penser à des pachydermes. C’est aussi là que se trouve la fameuse Double Arch que nous ne verrons que de loin pour cette fois-ci. Malheureusement nous ne sommes pas les seuls à y arriver puisque le ciel se couvre de nuages très menaçants. Pire que ça, des éclats lumineux commence à zébrer le ciel. Qu’à cela ne tienne, nos deux photographes se transformeront en chasseur d’éclair et pendant près d’un quart d’heure mitrailleront le ciel.

La patrouille des éléphants S’achemine pesamment, La trompe en avant, Les oreilles au vent, Et circule militair’ment, Et circule militair’ment.

Coup de foudre à Moab.

Coup de foudre à Moab.

Un court chemin permet d’accéder aux trois principales arches du secteur. Légèrement en pente, nous allons commencer par passer sous la Turret Arch. En nous retournant, un panorama magnifique nous saisit. Devant nous deux arches se dressent de part et d’autre d’un éperon rocheux, comme une paire de lunette entourant un nez (le nez de Cyrano ou d’Adel vu la taille). Ce sont North Window Arch et South Window Arch qui se dressent devant nous.

Turret Arch, injustement basse dans la hiérARCHie du parc.

Turret Arch, injustement basse dans la hiérARCHie du parc.

North and South Window Arches , mais quel facétieux ARCHitecte l’a donc façonné !

North and South Window Arches , mais quel facétieux ARCHitecte l’a donc façonné !

Un primitive trail – comprendre un chemin assez peu tracé dans le sable pour lequel il faudra suivre les cairns – permet de faire le tour des Windows arches et de découvrir un peu l’environnement du désert sur environ 3km. On file en direction de l’arche Sud alors que le vent se lève. Les grains de sable nous fouettent le visage, s’infiltre partout, nous empêche d’ouvrir vraiment les yeux. Pas vraiment très agréable, d’ailleurs le sentier qui était plutôt fréquenté se vide progressivement.

En suivant le chemin, nous contournons le massif rocheux alors des gouttes d’eau se mettent à tomber, de plus en plus grosse et de plus en plus fréquemment. Au pas de course, nous nous mettons alors à l’abri sous North Windows Arch pendant que l’orage nous survole. Protégé par le roc, un éclair frappe le massif rocheux où nous nous trouvons, on se prend à se demandé si ces arches sont vraiment solides … Bon on en ressort indemne et ça nous permet d’être seul dans l’un des sites les plus fréquentés du parc ! L’arche rien que pour nous et c’est impressionnant !

South window, on prend la pause avant de se mettre à remARCHer …

South window, on prend la pause avant de se mettre à remARCHer …

North windows, je suis seul comme un naufragé sur son ARCHipel.

North windows, je suis seul comme un naufragé sur son ARCHipel.

Nous rebroussons chemin pour une petite ballade au sein du Garden of Eden aux piliers de roche rouge savamment aligné. L’orage s’éloigne, il faut savoir qu’il pleut une dizaine de fois seulement chaque année à Arches, quel privilège douteux nous avons eu … Nous allons maintenant pouvoir nous rendre vers le début de la randonnée vers Delicate Arch et le spectacle qu’elle offre au coucher du soleil.

Ariane nous gratifie d’une splendide danse du soleil pour conjurer les éléments.

Ariane nous gratifie d’une splendide danse du soleil pour conjurer les éléments.

Malheureusement, ma proposition de visiter le jardin d’Eden en tenue d’Eve n’a pas été retenue.

Malheureusement, ma proposition de visiter le jardin d’Eden en tenue d’Eve n’a pas été retenue.

Voilà maintenant un des Must do du parc : l’ascension vers Delicate Arch. Posée comme par miracle au dessus de la falaise, cette arche est la plus photographiée du parc et le symbole de l’Utah. La vieille dame a vu passé la flemme olympique entre ses cuisses et a même subi un malotru lui grimpant dessus en 2006. Suite à cet événement, une interdiction de grimper sur les arches a été émises – plus ou moins respectée, il faut bien l’avouer.

Apparemment, le parking de la randonnée est rapidement plein le soir ce qui est un bon moyen de régulation pour le site. Il faut mieux ne pas se laisser piéger et prendre ses précautions en arrivant un peu en avance. La randonnée en elle-même prend une grosse heure pour la montée (environ 5km) avec pas mal de montée. Elle est quand même accessible à tous ceux capables de faire un peu de sport.

La randonnée s’effectue en grande partie sur un rocher lisse, à vous de suivre les cairns qui vous indiquent le chemin. Enfin, on est jamais vraiment seul dans cette randonné et il n’est pas facile de se perdre (sauf pour Lauriane apparemment).

Casses toi tu pues, et m'arches à l'ombre.

Casses toi tu pues, et m’arches à l’ombre.

Après quelques effort, nous arrivons devant un espèce de gigantesque amphithéâtre ocre. En face de nous, l’arche se dresse de profil, ne nous permettant pas de l’observer. Posée au dessus d’un cratère totalement lisse, nous la distinguons de plus en plus en Avant cela, il faut contourner le promontoire qui fait face à l’arche afin d’enfin pouvoir être dans son axe.

Mais elle est où cette foutue arche ?

Mais elle est où cette foutue arche ?

Voici donc l’ARCHi-fréquentée Delicate Arch et son cratère lunaire.

Voici donc l’ARCHi-fréquentée Delicate Arch et son cratère lunaire.

C’est en faisant cette petite marche supplémentaire qu’on se rend bien compte du caractère désertique de la nature. Très peu de grand arbre, peu de trace d’eau, et une végétation qui semble toute rabougrie au milieu de sable. Nous longeons la falaise, un peu au dessus de nous, un petite arche nous offre une belle mise en abyme avec une vue de Delicate Arche dans l’arche. On peut enfin contempler la forme particulière du symbole de l’Utah.

Vous reprendrez bien un peu de désert ?

Vous reprendrez bien un peu de désert ?

L’ARCHer prêt à décocher sa flèche.

L’ARCHer prêt à décocher sa flèche.

Enfin, nous arrivons sur la sorte d’amphithéatre naturel devant l’arche. Même si nous ne sommes pas vraiment seul, le spectacle est grandiose, captivant et l’on se demande comment ce bout de grès a pu se retrouver poser ici. Je dirais qu’une bonne centaine de personne se trouve ici, préparant les appareils photos pour le coucher du soleil, les gens faisant la queue pour poser devant l’arche. La situation est quand même assez étrange. Néanmoins, lorsque l’arche commence à rougeoyer sous le soleil couchant, on comprend pourquoi l’attraction est si appréciée.

Tout le monde est en place ? C’est partit !

Tout le monde est en place ? C’est partit !

La luminosité baisse et nous reprenons le chemin de la voiture après cette journée bien rentrée. Le soleil finit doucement de se coucher sur les reliefs alentours durant notre trajet. Pas vraiment besoin de la frontale, on voit suffisamment. Etant donné qu’aucun relief n’arrête le regard, on voit différents orages et une nuée d’éclair qui se déclenche au loin au dessus du désert. Cela nous fait un peu peur pour la nuit sous la tente, mais heureusement, nous passerons tout notre sommeil tranquille et au sec. Parfait pour reprendre des forces pour demain !

Aujourd'hui, c'était ARCHEment joli !

Aujourd’hui, c’était ARCHEment joli !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *