Sur les traces des pionniers – Colorado National Monument

Lundi 03 Aout

Avant propos : comme vous l’avez surement remarqué, la fréquence des articles a fortement diminué. En effet, j’ai trouvé un boulot à plein temps d’analyste qualité logicielle ce qui impacte bien évidemment ma production. Bon, je commence maintenant à prendre mes marques et la parution sur ce blog de nos aventures devrait reprendre un rythme un peu plus soutenu.

parents_jour03La nuit à Glenwood Springs a malheureusement été pluvieuse et une matinée brumeuse ne nous permet pas de profiter de la terrasse. C e temps gris affecte fortement notre humeur, il va clairement nous falloir un remontant. Cela tombe bien, nous filons vers l’Ouest et son soleil, la petite ville de Palissade, ses vergers, ses champs de lavande et … ses vignobles !

DSC05082

Nous n’aurons pas fait ce voyage en vin !

S’inspirant très largement des vignobles californiens, nous allons donc déguster la production du vignoble Colterris qui s’est établi sur les bord du Colorado depuis une vingtaine d’années. Terres volcaniques, ensoleillement maximum, les conditions ont l’air optimales. Une charmante terrasse nous accueille pour découvrir les rouges et rosés issus principalement des cépages cabernet franc et sauvignon de souche française (bien entendu !). Les rosés sont plutôt agréables, les rouges servis un peu trop jeunes pour que l’on puisse se faire une idée précise. Par contre, le prix est clairement dissuasif, dommage ! Nous terminons la visite par une balade au milieu des pêchers côtoyant les vignes jusqu’à un kiosque surplombant le Colorado. Les pêches de Palissade (énormes !) sont très renommées dans tout l’état.

J’aime les grosses pêches …

J’aime les grosses pêches …

Dernière oasis avant le désert !

Dernière oasis avant le désert !

Un orage passager nous cueille alors que nous retournons dans le déjà connu Colorado National Monument bordant la ville de Grand Junction. C’est néanmoins le soleil qui nous attend à l’orée du parc. Nous y avions déjà séjourné une nuit lors de notre précédent road trip (à revoir par ici).

Jeff a droit à sa deuxième photo !

Jeff a droit à sa deuxième photo !

Le manière la plus abordable de visiter le Colorado National Monument est de parcourir la Rim Rock Drive, route scénique spectaculaire d’une trentaine de kilomètres, bordant de vertigineux canyons aux édifices géologiques étonnants et parfois creusés à même la paroi. Régulièrement, des petites randonnées d’une quinzaine de minutes permettent de se dégourdir les jambes sur le plateau tout en contemplant les merveilles en contrebas. Véritables portes de l’Ouest Américain, ce parc donne l’occasion de se familiariser avec ces paysages si grandioses.

Avec leurs menhirs, les bretons sont vraiment des petits joueurs.

Avec leurs menhirs, les bretons sont vraiment des petits joueurs.

Après un pic-nic dans une aire réservée à cet effet (attention les places à l’ombre sont chères dans cet environnement semi désertique), nous nous promenons au bord de la falaise bordant le canyon principal. Véritables grattes ciels naturels, les tours de pierre sont nommées de manière imagée : Independance Monument, Kissing couple (le couple s’embrassant), Mushroom Rock (le rocher champignon) ou Pipe Organ (le tube de l’orgue).

Indépendance monument (1er plan) et Kissing Couple (2nd plan à gauche)

Indépendance monument (1er plan) et Kissing Couple (2nd plan à gauche)

Princess on her magic carpet (au 1er plan)

Princess on her magic carpet (au 1er plan)

Nous débutons donc la route scénique qui s’enroule autour du canyon, tournant autour de l’Independance Monument pour nous en dévoiler toutes les facettes. L’érosion a mis à nu les différentes strates composant le rocher dans un travail millénaire. Comme dans tous les parcs, de nombreux panneaux nous permettent de comprendre la formation de ces étonnants édifices et d’en apprendre un peu plus sur la faune et la flore des lieux.

Hélène et sa passion des arbres morts.

Hélène et sa passion des arbres morts.

Homme aux yeux de faucon, j’ai sûrement du être vigie dans une vie ultérieure, repérant et secourant de belles naufragées ballotant au milieu des flots. Mon don me permet d’ailleurs de voir au loin sur la rive opposée une esquisse de mouvement, un tremblant brun dans l’immensité ocre des falaises bordant le monument canyon. Jumelles, zooms d’appareils photos nous permettent de scruter cette zone pour y faire une découverte surprenante. Bon en fait, ce sont d’autres visiteurs qui nous ont indiqués où regarder.

Anne ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

Anne ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

La faune du Colorado National Monument est multiple, on y trouve de nombreux rapaces profitant des courants thermiques formés par les reliefs tourmentés. On y trouve aussi des reptiles, de petits mammifères comme des lapins, des écureuils, les omniprésent chipmunks. Enfin des prédateurs comme les renards gris, des coyotes ou des couguars peuvent également être observés. Néanmoins, l’agile roi de cet environnement rocheux est le tout terrain mouflon du désert (ou desert bighorn sheep). C’est d’ailleurs une harde de ces ruminants à la lourde double couronne que nous avons le loisir d’observer.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont le pied montagnard !

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont le pied montagnard !

Félicitations, c’est un garçon !

Félicitations, c’est un garçon !

L’observation du groupe nous occupe de longues minutes avant de reprendre la voiture. Un peu plus loin, un arrêt nous permet d’observer un rail de Coke Ovens (ou four à coke) nouvelle extravagance naturelle nichée au fond du canyon ressemblant il est vrai aux hauts fourneaux du Nord de la France. Le papa d’Hélène, chti a apprécié !

Coke en stock.

Coke en stock.

Notre voyage sinueux continue alors que nous atteignons l’apex de la route scénique à un peu plus de 2000 mètres. Les pauses photos assez nombreuses commencent à nous fatiguer mais nous profitons quand même du panorama des plus intimes Ute Canyon (ancien lieu de vie des indiens Ute et de leurs fameux fils de Ute) et Red Canyon qui sont comme nichés dans les méandre du plateau.

La question est : Les Utes vivaient-ils dans des huttes ?

La question est : Les Utes vivaient-ils dans des huttes ?

Honnêtement, s’ils avaient appelés ça Blue Canyon, on aurait crier à la publicité mensongère.

Honnêtement, s’ils avaient appelés ça Blue Canyon, on aurait crier à la publicité mensongère.

Nous redescendons vers la plaine et la ville sans trop de charme de Grand Junction où un pavillon typiquement américain nous attend pour passer la nuit. Il est à noter que pour les amateurs de marche, de nombreux sentiers permettent aussi de descendre et parcourir les canyons des 83 km² d’espace protégé du parc. Serons-nous assez courageux pour affronter une de ces chaudes randonnées, suspens, suspens …

Qui c’est qui va être tout en bas demain ?

Qui c’est qui va être tout en bas demain ?

2 réflexions sur “Sur les traces des pionniers – Colorado National Monument

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *