Road Trippin’ along Highway 1

27 novembre 2015

Nous avons passé la nuit dans un hôtel (California 😎 ) de la petite ville côtière de San Simeon. L’avantage d’avoir rouler la veille de nuit (Merci Mathieu) est que ce matin, nous n’avons pas vraiment à nous presser et pouvons profiter d’un véritable breakfast à l’américaine : œufs brouillés, pommes de terre sautées, bacon, saucisses, pancakes, jus de fruit, thé ou café. Nous ne savons pas vraiment quand nous allons nous arrêter manger à midi et il est important de prendre des forces dès le matin !

Aujourd’hui , nous allons en effet parcourir la Highway 1 ou Pacific coast Highway, qui longe toute la côte Californienne. Pour l’occasion, nous découvrirons donc les rivages de l’océan Pacifique entre San Simeon et Monterrey.

roadtrip_sf

Le premier site où nous arrêtons est la réserve marine de Piedras Blancas, nommées ainsi à cause de deux énormes rochers blancs plantés dans l’océan à quelques centaines de mètres du rivage. Mais si le paysage est charmant, ce qui fait l’intérêt du site n’est pas son cadre mais bien ses habitants …

DSC06859

La mouette, Anton Tchekov

Mais qu’est ce que c’est ?!?

Mais qu’est ce que c’est ?!?

 Nous avons devant nous une des plus grandes colonies au monde d’éléphants de mer du nord. Ces mammifères de la famille des phoques ont bien faillis disparaitre du fait de la chasse intensive au cours du XIX siècle. Passant la saison chaude sur les côtes de l’Alaska, ils rejoignent les eaux plus chaudes de la Californie pour hiverner et se reproduire. Un long voyage qui doit expliquer pourquoi ils étaient tous à faire la sieste sur la plage.

On dirait la grande Motte le 15 août …

On dirait la grande Motte le 15 août …

Dans 2 minutes, on se retourne pour faire bronzer l’autre coté !

Dans 2 minutes, on se retourne pour faire bronzer l’autre coté !

Il est assez facile de discerner les mâles des femelles. En effet, si ces dames mesurent au maximum 3 mètres, les messieurs, eux, peuvent aller jusqu’à cinq mètres et trois tonnes. Ils possèdent également une sorte de trompe qui leur a donné leur nom. Ajoutons à cela que ces mâles sont hautement polygames : un mâle peut féconder jusqu’à 50 femelles, de sacrés athlètes ! Les premiers mâles matures viennent juste d’arriver sur la plage au moment où nous les observons : ils sont pour le moment immobiles et récupèrent de leur migration. Les mâles adolescents, eux, jouent à se pousser et poussent des éructations très sonores pour s’entrainer à se défier.

Monsieur fait sa sieste, trompe au repos …

Romain et Mathieu font la bagarre.

 Ces chasseurs nocturnes se nourrissent principalement de poissons (merlus, petits requins, raies) mais leurs mets préférés restent les calamars. Ils sont connus pour être particulièrement bons plongeurs puisqu’ils peuvent descendre jusqu’à 800 mètres de profondeur. Pour le moment, les éléphants préfèrent cependant se rouler dans le sable. On voit tout de même quelques individus revenir de la chasse en rampant sur la plage à une vitesse assez grande qui contraste avec leur air pataud. Merci à Maïca et son gros zoom pour les portraits !

Un petit sentier en bois surplombe la plage et permet d’espionner les éléphants en tout sécurité. La zone d’observation s’étend sur environ 500 mètres et on dénombre un grand nombre d’individus. Quelques rangers d’une association des Amis des éléphants de mer sont présent pour nous faire découvrir cet animal et ses habitudes. Super sympa. Ils nous donnent aussi le lien de leur site internet pour observer les images tournées jour et nuit par une webcam alimentée par panneau solaire ! (http://www.elephantseal.org/)

Pour les plus courageux, le chemin côtier se poursuit jusqu’à un petit phare en face des Piedras Blancas. Il permet aussi de faire connaissance avec les autres habitants de la plage.

Bryan Wilson, le mec de la plage (écureuil terrestre de Californie)

Bryan Wilson, le mec de la plage (écureuil terrestre de Californie)

Cormoran emporte le vent …

 

 Nous reprenons la route et entrons dans la partie de la côte s’appelant Big Sur. Nous sommes ici à la rencontre entre le tumultueux Pacifique et l’imposant massif montagneux côtier de Santa Lucia. Devant nos yeux alternent criques aux eaux turquoises et hautes falaises. La plupart du temps, la route est donc située à flan de montagne, surplombant la mer parfois de manière vertigineuse. Les lieux sont sauvages, magnifiques, propices a la méditation et il n’est pas étonnant qu’ils aient inspiré les écrivains (Henry Miller, Jack Kerouak ou Romain Gary qui y situe les premiers paragraphes de sa biographie : Les promesses de l’aube) où les chanteurs comme dans le morceau Road Trippin’ du groupe californien Red Hot Chili Pepper.
Pour information, ne pas oublier de faire le plein avant de rentrer dans Big Sur : l’essence est un produit de luxe ici !

Un petit jeu des 7 erreurs

Un petit jeu des 7 erreurs

DSC06908

Notre intention première était de nous arrêter pour effectuer une ballade en direction de la cascade de McWay qui se jette de 25 mètres de haut au milieu d’une petite crique. Malheureusement, nous sommes en week end prolongé et le parking est plein au point que nous devons renoncer à regret à cette escapade.

Qu’à cela ne tienne, nous nous rendons au Pfeiffer Big Sur State Park, un petit parc qui s’articule au long de la Big Sur River au cœur de la montagne. Outre cette bucolique rivière, le parc nous permet d’observer nos premiers séquoias, ces arbres gigantesques en bois rouge typique de la côte californienne. Déjà près du parking, nous rencontrons l’un de ces géants, le Colonial tree, dont l’âge est estimé a 1100 ans et dont le diamètre est d’environ 3 mètres ! Vraiment impressionnant !

Evidemment, pas facile de cadrer les photos ...

Évidemment, pas facile de cadrer les photos …

Nous profitons des aires de pic-nic aménagées au bord d’une prairie pour déguster nos sandwichs bacon grillé-avocat-tomates, ma foi assez efficace. C’est ce moment que choisit un jeune cerf pour traverser la clairière a quelques mètres de nous. Je laisse le reste du groupe s’empiffrer de pistaches et m’en vais assouvir ma vocation de photographe animalier.

Cela ne cerf à rien de fuir …

Cela ne cerf à rien de fuir …

Ah, en fait, t'allais juste voir tes copines !

Ah, en fait, t’allais juste voir tes copines !

De retour de mon safari, le reste de la troupe a terminé les pistaches, et nous partons sur un petit sentier qui nous mènera au milieu de redwoods un peu plus jeunes. De petits panneaux nous permettent d’en savoir un peu plus sur ces arbres. Pouvant atteindre plus de 100 mètres de haut, ils sont naturellement armés d’une écorce ignifuge, ils résistent donc aux incendies de forêt. La ballade le long de la Big Sur River est rapide (une trentaine de minute) et nous permet donc de déambuler parmi ces géants.

On se sent un peu comme un lilliputien dans cette forêt.

On se sent un peu comme un lilliputien dans cette forêt.

Je sers de mètre étalon.

Je sers de mètre étalon.

Après avoir découvert le parc coté forêt, nous souhaitons le faire coté plage. Manque de bol, arrivé au parking, le rangers nous annonce que pour nous garer, il va nous falloir attendre une quarantaine de minutes ! Décidément …

Nous continuons donc un peu la route alors que le soleil commence à décliner. Nous stoppons le trajet au Andrew Molera State Park que Maïca et Mathieu ont déjà visité quelques jours plus tôt. Une marche d’une trentaine de minutes nous mènera, au sein d’un paysage de garrigues, jusqu’à la plage. Attention, le début du sentier traverse une rivière dans laquelle nous avons du nous mouiller les pieds !

Massif de Santa Lucia

Massif de Santa Lucia

Nous débouchons donc sur une plage de galet. Avantage de la géographie, les lieux sont orientés vers l’Ouest et les photographes vont pouvoir s’en donner à cœur joie pendant tout le temps du coucher de soleil. Heureusement, pas mal de morceaux de bois flottés offrent des sièges confortables pour profiter du spectacle.

Nous retournerons dans la pénombre dans la voiture pour gagner un motel dans la banlieue de Monterey. Notre longue journée se terminera autour d’un très bon plat de poisson et d’un bon verre de vin blanc au restaurant Fishwife !

Une réflexion sur “Road Trippin’ along Highway 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *