Déserts, Canyons & Hoodoos : De MoVa à Moab

4 juin 2016

La journée d’hier s’est terminée par un magnifique coucher de soleil mais je ne suis pas loin de penser que Monument Valley  est encore plus beau au lever de l’astre solaire. C’est notamment pour cela que la nuit dans ces cabines est si appréciable. Nous nous réveillons vers 5 heures du matin, pratiquement une heure avant l’aube. Déjà, les imposantes ombres des trois buttes se dessinent dans les fins rayons qui filtrent à l’horizon. L’ensemble nous donne une impression magique, presque surnaturelle. On chuchote entre nous pour ne pas troubler l’atmosphère mystique de l’instant.

Heureusement qu’on a mis le réveil en avance !

Heureusement qu’on a mis le réveil en avance !

On s’installe tranquillement sur la terrasse pendant qu’au loin le soleil émerge des ténèbres. On entend bien quelques bruissements sur les terrasses de nos voisins mais globalement, tout le monde respecte la quiétude matinale. En fait, celle-ci n’est troublée que par les cliquetis des appareils photos alors que le soleil apparait.

Cocorico !

Cocorico !

Doucement, le paysage s’éclaire. Pratiquement une heure se sera écoulée depuis que nous nous sommes levés et sous la lumière naissante rasante, nous distinguons maintenant pleinement les détails de 3 buttes les plus célèbres du monde : West Mitten Butte, East Mitten Butte et Merrick Butte. On profite encore un peu du spectacle avant de retourner se coucher pour quelques heures.

Avec toutes ces Buttes, on se croirait au bois de Poulogne !

Avec toutes ces Buttes, on se croirait au bois de Poulogne !

Nous quittons presque à regret la fraicheur artificielle de notre chambre. Globalement et malgrè le prix un peu cher (environ 250$ pour la cabine 4 places avec vue premium), nous recommandons vivement les cabines de l’hôtel The View. Sa localisation exceptionelle vaut bien quelques sacrifices.

Les cabines quasiment camouflées !

Les cabines quasiment camouflées !

Nous nous rendons au Visitor Center du parc, géré par les indiens Navajo. En effet, nous sommes en territoire indiens et ce sont eux qui sont aux manettes de la zone qui ne fait donc pas partis du réseau des parcs nationaux. Quelques panneaux racontent ici l’histoire de la nation des Navajo, des temps ancestraux jusqu’aux fameux code talkers qui ont servis dans l’armée américaine dans la seconde guerre mondiale en utilisant leur langage comme code secret indéchiffrable par les Japonais. Le centre sert aussi de boutique, il est attenant à l’hôtel et au restaurant The View qui comme leur nom l’indique offre un panorama magnifique.

Variation autour des buttes.

Variation autour des buttes.

Nous nous engageons dans la Valley Drive, une piste de terre battue qui nous permet de nous rapprocher au plus près des buttes et mesas. Des points de vue à l’intérêt photogéniques certains la jalonnent.  Des indiens navajos y tiennent également des petits stands où ils font commerces de leur artisanat : bijoux en turquoise, dreamcatcher ou petits objets d’art. Evidemment, Hélène m’extorquera quelques dollars pour faire marcher le petit commerce local.

Le saviez-vous ? Celle-ci est appelée Mitten à cause de sa forme de … mitaine !

Le saviez-vous ? Celle-ci est appelée Mitten à cause de sa forme de … mitaine !

C’est dans ce paysage de western que nous continuons notre cavalcade. Et de cinéma parlons-en, de Forrest Gump à Marty Mc Fly, de Sergio Leone à Clint Eastwood, ils sont tellement nombreux à avoir foulé ses paysages qu’ils nous semblent vraiment familiers. C’est ici même que Lucky Luke termine plusieurs de ses aventures en s’éloignant dans le soleil couchant, what a poor lonesome coyboy … Depuis 1939 et La chevauchée fantastique du réalisateur hollywoodien John Ford, Monument Valley est entré dans la culture populaire. Un point de vue porte aujourd’hui son nom, rendant hommage à celui qui a tant aimé et filmé ces lieux.

Un cliché pas du tout cliché …

Un cliché pas du tout cliché …

Un indien joue même le cowboy contre quelques dollars pour qu’on puisse effectuer cette photo unique … que tout le monde fait. Prochaine étape, les trois sœurs, trois piliers se détachant de la paroi. On retrouve ici le même genre de structure qu’à Colorado NM mais dans un environnement beaucoup plus spectaculaire. Un peu plus loin, les 140 mètres de hauteur de Totem Pole surplombent la vallée.

The three sisters

The three sisters

Totem Pole

Totem Pole

Nous finissons en beauté à Artist Point qui offre un panorama dégagé sur la plaine troublée par ces buttes et mesas aux formes extravagantes. Pour information, on parle de butte lorsque la hauteur du monticule est plus grande que sa base. Dans le cas contraire, c’est une mesa.

Mesa c’est super beau !

Mesa c’est super beau !

La boucle se termine où on l’a commencé sur la terrasse du Visitor Center. Nous profitons de la climatisation du restaurant après avoir bien eu chaud sur la route. Je prendrais un ragout de mouton plutôt bon pendant qu’Hélène se laissera tenter par un tacos navajo. La salle possède une immense baie vitrée qui donne sur la vallée, qui distrait presque de la nourriture à avaler. Nous quitterons ensuite le parc vers 13h00.

Ce coup-ci, Jeff a eu droit à sa photo à la sortie !

Ce coup-ci, Jeff a eu droit à sa photo à la sortie !

Dans l’ensemble les paysages de la vallée sont vraiment monumentaux tant par les souvenirs de cinéma qu’ils évoquent que par leur beauté intrinsèque. Passer une nuit pour profiter du coucher et du lever du soleil, parcourir la piste au milieu des buttes restera un bon souvenir. Personnellement j’ai quand même trouvé qu’on est un peu trop guidé et spectateur des lieux, l’expérience est un peu trop balisée à mon gout et on ne se sent pas vraiment autorisé à s’en imprégner par soi-même en sortant un peu des sentiers battus.

dhc_jour08

Nous repassons en Utah en suivant une longue ligne droite. En regardant le retro, la perspective sur les monuments autour desquels nous avons roulé ce matin se fait spectaculaire. On dépasse le point où Forrest s’est arrêté de courir, matérialisé par un panneau.

la vie, c'est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

la vie, c’est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

Un peu plus loin, nous atteignons le village de Mexican Hat qui rappelle la forme d’un sombrero (¡Tequila Muchachos Caramba Aie Pepito!). Les falaises qui s’élèvent derrière cet édifice incongru sont vraiment surprenantes par rapport à leur couleur et les formes des strates qui la composent.

Mexican Hat et ils n’ont pas payé pour ce mur là …

Mexican Hat et ils n’ont pas payé pour ce mur là …

Raplee anticline et ses motifs de tapisserie Navajo.

Raplee anticline et ses motifs de tapisserie Navajo.

J’avais initialement prévu de parcourir la piste de Valley of the Gods et ses paysages similaires à Monument Valley mais nous sommes assez avancés dans la journée. Nous faisons donc l’impasse sur ces paysages pour cette fois-là. Nous nous arrêtons par contre au

dsc09254

Une portion de falaise où nous pouvons admirer deux gigantesques méandres que la San Juan River a creusés dans le plateau du Colorado. Si le site n’est pas sans rappeler Horseshoe Bend vu il y a deux jours, les couleurs y sont moins spectaculaires. On profite quand même bien du panorama et pendant qu’Hélène essaie désespérément de faire rentrer les deux virages de la rivière sur une photo, je commence à discuter avec un texan qui n’a l’air d’avoir besoin de personne, sur sa Harley Davidson.

Gooseneck SP (autrement dit le parc en cou d’oie sauvage)

Gooseneck SP (autrement dit le parc en cou d’oie sauvage)

Une heure et demi de route nous sépare de Moab où nous effectueront une petite pause ravitaillement au City Market (on a encore la carte de fidélité depuis l’an dernier). Puis, nous prendrons la direction du Nord pour nous rendre pour la troisième fois à Canyonlands NP. On passe quelques temps à Green River Overlook, un point de vue que nous avions négligé. Quelle erreur ! Cela rentre direct dans mes points de vue préférés de ce parc !

Après en avoir pris plein les yeux, nous quittons le parc – pour aujourd’hui – afin de prendre possession de notre refuge pour la nuit. Nous roulons une petit demi-heure jusqu’au

dsc09280

où nous avons réservé une yourte ! Le parc loue en effet 3 tentes au confort luxueux : lit, canapé, table, lumières, climatisation (ou chauffage en hiver) et terrasse en bois avec une vue à couper le souffle sur les La Sal Mountains. Les sanitaires sont partagés pour les 3 yourtes qui peuvent largement accueillir 6 personnes mais chacune possède son propre point d’eau. Pour 100$, ce logement nous a vraiment séduits.

Moi, je préfère les yourtes natures …

Moi, je préfère les yourtes natures …

Le site où se trouvent les trois yourtes possède également un accès au réseau de trail pour VTT du parc. Bien que sans vélo, nous embarquons pour une balade d’environ 4 kilomètres sur les sentiers au milieu des genévriers. Ils nous emmèneront en longeant la falaise jusqu’au Colorado River Overlook d’où, complètement seuls, nous admirerons le canyon s’embraser au soleil couchant.

dsc09288

dsc09297

Une petite douche solaire et l’on peut profiter des derniers rayons du soleil autour d’un bon steak au barbecue sur la terrasse de la yourte. Nos voisins, eux, sortent une énorme lunette astronomique de leur coffre. Il faut dire que les environs sont dépourvus de la moindre lumière d’origine humaine, leur offrant des conditions parfaites.

De notre cote, nous profitons bien de cette dernière soirée de vacances. La nuit sera courte et le séjour devrait se terminer en feu d’artifice …

Une réflexion sur “Déserts, Canyons & Hoodoos : De MoVa à Moab

  1. Je n’ai pas de mots tellement c’est beau !!!!! Profitez bien de tous ces paysages qui, personnellement, me font rêver ! Vous ai-je déjà dit que je vous enviais et que je suis grave jalouse, LOL 😉 !!! Plus sérieusement, merci à vous deux de nous faire rêver 🙂 !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *