Sur la terre des cactus : rendez-vous manqués à Big Bend NP

23 Novembre 2016

Un titre bien défaitiste pour une journée au final très agréable. Aujourd’hui, nous allons explorer le dernier secteur du parc, les reliefs des Chisos Mountains au milieu desquels nous campons depuis quelques jours. Dans un premier temps, nous irons explorer le Window Trail, puis nous randonnerons autour du Chisos Basin. En fin de journée, nous descendrons de la montagne pour flâner dans les champs de rochers de Grapevine Hills Trail. Et la déception me direz-vous ?

Et bien, je n’ai pas été trop au point sur les horaires des différentes randonnées ce qui fait que la lumière n’aura pas été optimale d’un point de vue photographique. Pas dramatique mais ça froisse mon orgueil d’organisateur !

Nous n’avons pas beaucoup de route à faire en ce début de journée puisque le départ de la randonnée se fait précisément en face de notre emplacement ! La randonnée d’environ 6 kilomètres va nous emmener tout au fond du vallon de Oak Creek jusqu’au sommet d’une cascade surplombant le désert du Chihuahua.

On ne tombe pas dans le panneau.

Une bonne marche comme on les aime, tout en descente. Evidemment, cela se paiera bien un peu plus tard. Nous parcourons donc un petit vallon, le long de la petite rivière d’Oak Creek. Comme son nom l’indique, les chênes sont particulièrement bien représentés. Au ras du sol, les beaux cactus s’épanouissent et nous rappellent quand même que nous ne sommes pas, malgré les reliefs, en haute montagne. On profite de l’heure très matinale pour observer quelques biches et des geais mexicains, un des oiseaux emblématiques du parc.

Caramba, geai oublié mon sombrero !

3 jours qu’on en voit mais les cactus, c’agave pas.

Il est 9 heures quand, après une heure de marche, nous entrons directement dans le lit de la rivière, croisant le petit cours d’eau à plusieurs reprises et progressant un peu plus lentement sur la pierre lisse. Autour de nous, tout au long du trajet, les parois des montagnes se sont resserrées. Le passage n’est plus que d’un mètre de large lorsque le ruisseau se jette en direction du désert. C’est vraiment une arrivée sympa pour cette petite randonnée. Problème, les lieux sont un peu dans l’ombre. Certains en profitent donc pour lézarder au soleil en attendant que sieur Helios daigne sortir de derrière sa montagne.

Du côté obscur.

All in all you’re just another brick in the wall …

Enfin, on se réchauffe alors que les derniers mètres de la rivière peu à peu s’illuminent. La vue plongeante sur le désert que nous avons visité la veille est spectaculaire. Au final, on est à moins d’un kilomètre à vol d’oiseaux des Cattail Falls d’hier. Un trail permet d’ailleurs de descendre du Chisos Basin pour continuer un peu la balade. Nous ne l’emprunterons pas, et nous nous contentons de regarder dans The Window – La Fenêtre.

La première fois que je prends du plaisir à faire La Fenêtre.

Alors que nous rebroussons chemin, la totalité du vallon que nous traversons est maintenant baigné de soleil. Nous croisons les premiers randonneurs en sens inverse, si la vue finale ne sera pas dans l’ombre pour eux, ils devront la partager. De notre côté, nous avons été pratiquement seuls durant toute la rando malgré le fait que ce soit une des balades les plus populaires du parc. Elle mérite d’ailleurs largement le détour, tout le trajet est agréable et la destination finale super.

Mon conseil donc pour les intéressés : se lever tôt … mais pas trop ! (ok ce n’est pas super précis)

Nous avions initialement prévu d’effectuer The Lost Mine Trail, une autre star du parc afin de compléter notre découverte des Chisos Mountains. Malheureusement, nous sommes en automne et c’est la saison durant laquelle les ours font leur shopping pour les longs mois d’hiver. Et il se trouve que les abords du trail sont remplis de baies succulentes. Les rangers ont donc décidé de fermer le sentier pour éviter aux marcheurs des rencontres malheureuses.

On profite donc de notre bel emplacement du Chisos Basin Campground. Nous avons la chance d’avoir un bel emplacement, assez tranquille avec un petit abri bien appréciable sous le soleil. On est entouré de montagne et, la nuit, le ciel pratiquement dénué de pollution visuelle permet d’observer les étoiles parfaitement. Un gros coup de cœur !

C’est parti pour la sieste !

Rien de tel qu’une petite balade pour s’ouvrir l’appétit. Depuis le camping, nous montons donc en direction du Chisos Basin Lodge, le centre névralgique de cette partie du parc. En plus de logements en dur et d’un restaurant, on y trouve aussi le visitor center et une boutique alimentaire suffisante pour passer quelques jours en autonomie. On enchaine avec le Chisos Basin Loop, une boucle tout autour du petit village d’environ 4 kilomètres. Perdus dans la forêt de pins, on a des vues sympas sur la vallée de The Window de loin et sur le petit village au milieu des montagnes.

Un panneau solaire.

The window, encore.

Le petit village du Chisos Bassin.

La belle et la bête.

Une dernière randonnée nous attend dans cette journée. Cette fois-ci, nous prenons notre voiture pour descendre du nid d’aigle que constitue le Chisos Basin. Nous rejoignons la route principale et peu après Panther Junction, nous empruntons une belle piste Grapevine Hills Road. Cette route non pavée s’enfonce directement dans le désert, desservant quelques emplacements de camping très primitif en pleine cambrousse et surtout une belle randonnée vers une balanced rock ou pierre en équilibre. Attention, en prenant cette route, les autochtones peuvent la traverser à tout moment. Je repère d’ailleurs une belle tarentule qui mérite bien un petit arrêt.

Attention aux piétons.

La piste serpente au milieu des massifs rocheux jusqu’au départ de la randonnée. Cette marche de 3,5 kilomètres va nous mener par-delà une vallée encaissée jusqu’à un plateau où un champ de bloc de granite se dresse, Grapevine Hills. On dirait presque que les rocks ont été cultivés, et le jardinier doit d’ailleurs avoir la main particulièrement verte.

Une montée un peu raide nous emmène jusqu’à un amoncèlement de pierre peu commun. On se croirait à Carnac devant un dolmen, à l’exception qu’ici, tout est naturel. On se demande quand même bien comment l’empilement a été créé. Là encore, la nature offre un cadre photo naturel sur les paysages désertiques.

Pour supporter ce poids, il faut des rocs forts …

Si les couleurs de fin de journée font bien rougeoyer les paysages minéraux, il ne faut pas, comme nous, arriver trop tard sous peine d’avoir les Grapevine Hills plongés dans l’obscurité. Deuxième faux pas lumineux de la journée, Hélène est un peu déçue pour ses photos. La balade a par contre été bien agréable et au final la déception est bien relative.

Le soleil se couche donc sur notre troisième et dernier jour dans Big Bend NP. Nous avons pu explorer via des randonnées variées et accessibles tant en temps qu’en distance, les trois écosystèmes de ce parc géant : la rivière, le désert et la montagne. Un peu loin de tout, ce parc nécessite plusieurs jours sur place pour appréhender par petites touches sa diversité. Ici, pas de vue à couper le souffle ou de formations hors du commun mais une ambiance générale qui fait la part belle à la quiétude. Je pense que nous avons choisi la bonne époque pour visiter le parc en évitant la chaleur, la contrepartie étant une durée des journées un peu moindre.

S’il existe quelques logements en lodge assez vite pris d’assaut, le camping est pour moi le moyen royal pour s’imprégner et découvrir Big Bend. Une voiture qui peut s’aventurer dans les chemins non pavés est aussi nécessaire selon moi. Quoi qu’il en soit, nous avons vraiment apprécié notre séjour dans le désert du Chihuahua, au bord du Rio Grande, aux portes du Mexique. La flore ne manque pas de piquants, la faune non plus d’ailleurs et on se sent presque comme un intrus dans des paysages parfois hostiles. On sent bien qu’ici, ce n’est pas l’homme le maitre. On vous recommande vivement de découvrir ce parc réellement hors des sentiers battus et des guides de voyage européens.

On se quitte avec les dernières prises de vue du soleil couchant lors de notre retour par la Grapevine Hills Road. Le road trip n’est pas fini et demain une longue journée à travers le Texas nous attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *