Trip à Kanab(bis) : Voyage vers la ville du vice.

Samedi 03 juin 2017

Ce n’est pas sans nostalgie que se déroule le rangement dans notre belle maison de Kanab. Nous aurons vraiment passé une bonne semaine, découvert de somptueux paysages, vécu de bons moments en familles et surtout fait des barbecues tous les soirs. Un peu de ménage avant de charger les bagages dans les voitures et de démarrer vers Las Vegas, la cité du vice. Avec quand même quelques petits arrêts en chemin, le trajet se prête aux découvertes.

Après environ une heure de route, nous atteignons la ville de St George, dans le coin sud-ouest de l’Utah. Nous rejoignons rapidement le Snow Canyon SP par son entrée nord. Il est pratiquement 13h et ce n’est pas vraiment le moment idéal pour débuter une randonnée en plein désert. On choisit tout de même, sur les conseils des rangers de parcourir le Hidden Pinyon trail avant de déjeuner.

A la recherche de François Pinyon.

Snow Canyon SP a été nommé ainsi en l’honneur de John Snow, un ancien commandant de la garde de nuit. En plus des roches rouges habituelles, on y trouve des veines sombres, vestiges figées d’anciennes coulées de lave. Proviennent-elles d’un volcan ? Je n’en sais rien et je m’en lave les mains, je n’ai pas lu les panneaux explicatifs.

L’ascension d’un petit promontoire basaltique permet d’ouvrir un peu la vue sur la vallée. On retrouve le camaïeu de roches que l’on avait remarqué au niveau du sol. La route fait partie intégrante du paysage, courbes intégrées aux reliefs accidentés.

Le kilomètre et demi de la randonnée donne une bonne idée de la diversité de Snow Canyon. Malheureusement pour nous, cela restera un avant-goût car le temps nous est compté. On profite quand même de la pelouse bien verte du Visitor Center pour le repas du midi sous une chaleur accablante. Avant de partir à la recherche d’un glacier aux alentours de St George, nous faisons une pause à Snow Canyon Overlook. Cela nous permet d’avoir une vue panoramique et spectaculaire de la vallée.

Une vue panoramique et spectaculaire de la vallée.

Après un intermède glacé et sucré, la troupe se re-sépare une nouvelle fois. Un groupe se dirige vers Las Vegas pour profiter au mieux des « merveilles » de la ville du vice. Avec Hélène, on choisit de prolonger un petit peu l’exploration des grands espaces en nous rendant au magnifique :

Idéalement situé à une heure de Vegas, ce petit parc d’état est un terrain de jeu exceptionnel pour les amoureux des roches rouges. De nombreuses randonnées tracées ou non sont disponibles. Mais le point chaud de ce parc, c’est justement une chaleur intense. A 18 heures, lorsque nous arrivons, l’air est à la limite du supportable. Nous avons encore un peu de route scénique avant de marcher. On apprécie la clim tout en multipliant les arrêts pour profiter des couleurs.

En une petite heure, nous arrivons au parking des White Domes, tout au bout du parc. Pour terminer en beauté avec la thématique vague/wave de nos voyages vers Kanab, nous avons en effet choisi de randonner vers Fire Wave. Cette petite marche de deux kilomètres et demi ne présente pas de difficulté, le sentier était bien balisé. Dès les premiers hectomètres, on peut observer des paysages prometteurs que –leitmotiv de la journée – nous ne ferons qu’effleurer.

Les Crazy Hills (de loin)

Nous marchons sur un petit éperon de grès rouge, à la proue de ce vaisseau minéral, la vague se dresse devant le désert. Plutôt lisse, ses ondulations sont mises en valeur par les lignes rouges et blanches qui la colorent. Le paysage alentour, très varié, est également très spectaculaire. Nous passons une vingtaine de minutes seuls à profiter des lieux.

La vague dans le creux.

Au creux de la vague.

Le retour se fait sans encombre, sous le regard d’un habitant de la vallée au moins aussi préhistorique que les roches. On fait quelques arrêts sur la route du retour qui serpente vraiment de manière harmonieuse entre les reliefs multicolores. Franchement, il a un vrai goût de revenez-y ce petit parc.

On n’est pas à Denver, mais on a le dernier dinosaure.

Quand la route se fond dans le décor.

La suite et fin du voyage va être un peu épineuse. Comme vous l’avez suivi, nous nous dirigeons pour la nuit à Las Vegas. Kitchissime désastre écologique, temple du jeu et de la luxure, de toutes les bassesses humaines, où la misère humaine essaie de grappiller des miettes pour survivre et où l’homme s’abrutie de lumière comme de vulgaires insectes, je n’ai pas assez de mot pour décrire mon dégout de cette cité. Allez, je sauve les plafonds multicolores du Belagio qui sont somptueux et mériterait un cadre à leur hauteur

La capitale mondiale des beaufs confirmera tous mes aprioris pendant la petite heure que nous prendrons à la parcourir. Quelques photos prises de mon téléphone, finalement, la ville ne mérite pas mieux.

Ouah ça brille !

Ouah du faux marbre !

Ouah de l’eau en plein désert ! (et pendant ce temps l’écosystème du fleuve Colorado se meurt)

Quelques mots pour clôturer nos aventures à Kanab.

Si notre mode de logement statique et nos allers retours journaliers ne conviennent pas à une première découverte de l’ouest, je confirme quand même que dans notre cas, nous ne nous sommes pas ennuyés. On recommande chaleureusement ce format.

La région autour de Kanab regorge de bijoux accessibles dans un rayon d’une à une heure et demi de route. Le fait d’avoir une maison fixe nous a permis de passer de beaux moments en famille notamment lors des barbecues du soir sur la terrasse, une manière très américaine de se retrouver. Kanab possède de petites épiceries qui comblent tous les besoins, néanmoins, avoir fait le gros des courses à Las Vegas nous a permis de faire quelques économies.

Enfin sur les visites en elles-mêmes, beaucoup de découvertes, de randonnées, de photos et paysages à explorer avec les gourdes bien pleines ! Je sacrifie au jeu des plus et des moins en guise de conclusion.

Flop 3 :

3 – Notre erreur dans Johnson Canyon le premier soir (heureusement réparée le lendemain) qui prouve qu’on ne prépare jamais assez les visites !

 2 – Les Antelope Canyons. Quand on a pris l’habitude d’explorer par soi-même l’ouest, les tours guidés des indiens Navajos et la foule qui y participe gâche un peu la visite de lieux exceptionnels par eux-mêmes.

1 – Las Vegas. Je ne vais pas m’appesantir, l’article que vous venez de lire est assez transparent sur mon ressenti.

Top 3 (le choix a été dur) :

3- Johnson Canyon au coucher du soleil. Le grès jaune s’illumine vraiment, nous étions seuls sur cette bande de sable comme sur une plage déserte. Magique.

2 – The Wave. C’est un endroit mythique, vraiment spécial. Le caractère limité des visites n’est pas vain tant il faut préserver ce bijou. Si la vague en elle-même est relativement accessible, l’exploration minutieuse du plateau de Coyote Butte North renforce le caractère exceptionnel du site.

1 – White Domes. Ce site a tout pour lui. Un accès difficile hors des sentiers battus, une exploration envoutante du Water Canyon, la traversée du plateau des Canaan Mountain sans chemin pour une récompense finale pleine de pureté. Meilleure rando de l’ouest pour moi et un souvenir exceptionnel.

Et voilà, on referme un an plus tard, la dernière page de ce carnet de voyage. N’ayez crainte, on a de quoi vous faire voyager pour la suite !

Une réflexion sur “Trip à Kanab(bis) : Voyage vers la ville du vice.

  1. Véritablement une superbe semaine passée ensemble en famille, avec de très belles randos.
    Beaucoup de plaisir à avoir revécu tous ces moments à travers les beaux récits de Floran et belles photos de ma fille
    A refaire d’ici 2 à 3 ans ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *