Un samedi à Denver

Samedi 14 mars 2015

Encore un magnifique week-end devant nous avec plus de 25 degrés tout au long des deux jours. Autant dire que c’est le moment idéal pour embarquer en BMX vers la capitale du Colorado, Denver qui se trouve à 27 miles au sud est de Boulder. Nous ne sommes pas devenus des cyclistes au pays de Lance Amstrong : BMX c’est le nom du bus. Une heure de trajet et nous débarquons à Denver Union Station, gare à la fois ferroviaire et routière fraichement restaurée.

Union Station en plein cœur de LoDo

Union Station en plein cœur de LoDo

Fondée en 1858, the Mile-High City comporte près de 600 000 âmes avec une population de 3 millions de personnes pour la totalité de l’aire urbaine. Comme beaucoup de grandes villes américaines, on a un centre ville d’affaires constitué d’immenses tours de verre qui cohabitent avec des immeubles fin XIXe. Le quai où nous prenons pied se trouve au centre de la cité. Nous nous dirigeons via un trajet en bus et tram vers la chambre (toujours via le site AirBNB) où nous allons dormir dans la soirée afin de nous installer.

Nous sommes donc prêt pour découvrir la ville. Nous commençons par le propret quartier résidentiel de Five Points qui présente surtout un bon rapport prix distance pour l’hébergement à Denver.

Quartier victorien, Londres

Quartier victorien, Londres

Les petits parcs nous permettent d’avoir des vues dégagés sur les grattes ciels du centre ville.

Benedict Park à Denver

Benedict Park à Denver

Un peu plus classe que les trois tours de Grenoble

Un peu plus classe que les trois tours de Grenoble

Nous nous dirigeons vers l’un des centres névralgiques de la cité en remontant la 20th Street : le Coors Field, terrain de baseball de Denver qui marque la limite de Lower Downtown (LoDo pour les intimes), le centre ville de Denver. La saison de baseball commence en avril, nous aurons sûrement l’occasion de revenir dans l’antre de 50000 places des Rockies du Colorado. Pour la petite histoire, la Coors est une bière blonde légère emblématique de l’état.

Magnifiques poubelles au premier plan.

Magnifiques poubelles au premier plan.

Le quartier autour du stade est assez animé puisqu’on y trouve pas mal de bar, micro-brasseries et pubs qui sont en ébullition en ce jour de Saint Patrick. Le saint patron des Irlandais et des buveurs de bière est ici largement fêté comme le montrent les jeunes et les moins jeunes qui font la fête sur les toits des bars en plein après-midi. Le quartier a l’air dynamique et sur chaque bâtiment, les établissements de boissons rivalisent d’inventivité pour avoir le graffiti qui les fera se démarquer.

Coté d'un restaurant mexicain : le supplice infligé au mec qui a inventé la Despérado.

Coté d’un restaurant mexicain : le supplice infligé au mec qui a inventé la Desperado.

Nos pas nous ramènent vers 16th Street, la grande avenue commerciale de Denver. Bon plan : une navette gratuite parcoure les 2 miles les plus vivants de cette rue.

16th street et la Daniel & Fisher Tower.

16th street et la Daniel & Fisher Tower.

Une belle librairie Tattered Cover Book Shop attire notre attention. Située dans un vénérable immeuble de la fin XIXe, les étagères en bois et les couleurs douces rendent le lieu vraiment agréable. Nous effectuons notre premier achat anglophone en craquant pour une des 7 ou 8 éditions présentes de On the road de Jack Kerouak, écrivain emblématique de la Beat Generation. Denver occupe une place de choix dans ces œuvres et il a lui-même marqué la ville de son empreinte.

Ambiance chaleureuse qui incite à lire sur place.

Ici aussi défendons les librairies indépendantes.

Un peu plus loin, nous tournons à droite au niveau de Larimer Square, jolie rue bordée d’immeubles victoriens, réputée pour ses nombreux bars et restaurants et décorée de drapeaux du Colorado.

Larimer Street, le quartier branché pour restaurant et bar.

Larimer Street, le quartier branché pour restaurant et bar.

C’est au bout de cette rue que nous nous attablons au Teds Montana Grill pour une collation bien méritée. Dans ce diner à la décoration en bois, nous prenons bien évidemment deux bons gros burgers de bisons et un beau morceau de cheesecake, le tout arrosé d’une Coors Light bien fraiche (qui gagnerait à être agrémentée de Picon). Il faut prendre des forces, la soirée va être sportive.

Petit à petit, nous nous éloignons du centre ville et de discrets indices sur le clou de la soirée apparaissent.

Ceci est un Indice discret.

Ceci est un indice discret.

Et oui, ce soir nous nous rendons à Pepsi Center voir le match de hockey sur glace entre les Colorado Avalanches et les Flames de Calgari. Autant vous le dire tout de suite, Jeff est surexcité de découvrir enfin un match de la très prestigieuse National Hockey League et il n’est pas le seul.

Pepsi Center, Jeff est un peu jaloux.

Pepsi Center, Jeff est un peu jaloux.

Assez récente (1999), la Pepsi Arena est une salle multi-sports : hockey  sur glace, basketball, lacrosse (sport collectif d’origine amérindienne), football américain indoor et également concerts. Sa capacité est de 19000 places en mode patinoire, sur 3 niveaux.

Escalator dans la patinoire. 19000 personnes ça fait du monde.

Escalator dans la patinoire. 19000 personnes ça fait du monde.

Évidemment, on trouve de nombreuses boutiques dans l’enceinte, des jeux pour les enfants, des restaurants, des buvettes tous les 10 mètres. En parfait petit consommateur américain (il faut bien s’intégrer), nous repartons donc avec un T-shirt des Avalanches et des bières !

Jeff et Berni son nouveau pote.

Jeff et Berni son nouveau pote.

La jeune star McKinon blessée est remplacée au pied levée par Hélène.

La jeune star McKinon blessée est remplacée au pied levé par Hélène.

Nous voila enfin arrivé à nos places après avoir été délesté de quelques dollars. Nous nous trouvons au niveau du centre de la patinoire, à l’avant-dernière rangée de siège.

Jeff a la meilleure place.

Jeff a la meilleure place.

Paradoxalement, nous voyons assez bien le spectacle proposé et pour avoir une vision plus précise du jeu, un cube d’écran géant est suspendu au faîte de l’arena. Passent donc les ralentis, mais aussi des vidéos pour inciter les partisans à faire du bruit, des interviews et analyses à la mi-temps et surtout les publicités des sponsors de l’équipe. Enfin, devant nous, au plafond, de nombreux fanions rappellent les titres remportés par les équipes résidentes du Pepsi Center et les maillots retirés (dont le numéro ne peut plus être choisi par les joueurs actuels) célèbrent les idoles qui ont fait lever les foules.

- 168 - Le compte est bon Laurent!

– 168
– Le compte est bon !

Enfin le jeu débute ! Pour les novices, le hockey sur glace se joue à 6 contre 6 : 1 gardien, 2 défenseur et 3 attaquants dans chaque équipe et chacun possède une armure complète et un bâton tordu que l’on nomme crosse. Le but du jeu est de mettre le palet (le bout de caoutchouc noir qu’on ne voit que par intermittence à cause de sa rapidité) dans la cage adverse plus de fois que l’adversaire. Les joueurs ont le droit de se foncer dedans avec violence à l’exception des charges sur le gardien qui donnent apparemment droit aux défenseurs adverses de vous frapper avec délectation. Enfin, il y a également 4 arbitres sur le terrain que l’on surnomme les zèbres en raison de leur vêtement à rayures blanches et noires. Je n’ai jamais trop compris à quoi ils servaient si ce n’est qu’ils ont une fâcheuse tendance à faire perdre les équipes de Denver ou de Grenoble qui jouent évidemment bien mieux que leurs adversaires respectifs. De temps en temps, ils estiment qu’un joueur a contrevenu aux règles du jeu et l’envoie pour 2 minutes en prison, laissant ses coéquipiers en infériorité numérique.

C'est parti pour le game !

C’est parti pour le game !

Attention paragraphe pour spécialiste.

Au niveau du jeu, du patinage et des passes, ça va très vite, c’est très physique et surtout les tirs des joueurs partent à des vitesses prodigieuses. Rien à voir avec ce que l’on voit en France et même les meilleurs joueurs de notre championnat comme Toby Lafrance seraient complètement perdus à ce niveau. L’équipe du Colorado est assez jeune à l’exception de la star Jérome Ignila et joue avec un enthousiasme certain. Face à une équipe de Calgary mieux classés, Varlamov le gardien russe multiplie les arrêts spectaculaires. Les Avalanches jouent dans un jeu assez typique nord-américain : le coach aux bras croisés sur le banc regarde avec flegme ses boys qui balancent au fond et travaillent fort. Finalement, les joueurs du Colorado atomisent leur adversaire 3-2 avec un but de filou de Tanguay, une belle lucarne de O’Reilly et un magnifique tir de Mitchell.

On voit quand même pas mal.

Le hockey sur glace est un savant mélange de glisse acrobatique et de seconde guerre mondiale – Alfred Hitchcock

Petite différence avec la France, il y a de manière aléatoire pendant les trois tiers temps de 20 minutes des pauses qui permettent de passer des pubs sur l’écran géant. Les Colorado Girls rentrent alors sur la glace courtement vêtue avec des sortes de balais géants pour nettoyer le surplus de glace créé par les patins des joueurs. Cela coupe quand même un peu le jeu !

Payer 35 dollars pour voir des filles passer le balai en petite tenue alors que ma femme me le fait gratuitement à la maison ...

Payer 35 dollars pour voir des filles passer le balai en petite tenue alors que ma femme me le fait gratuitement à la maison …

Le match se termine. Nous nous laissons porter par la foule hors de la patinoire vers l’arrêt du tram qui nous fera traverser, épuisés mais ravis, une ville endormie.

PS : Victoire, j’ai terminé l’article sans aucune blague sur Denver le dernier dinosaure !

0 réflexions sur “Un samedi à Denver

  1. Bravo pour cette page et cette bonne dose d’humour floranesque ! Je note quand même une petite coquille, pas bien grosse et elle n’est plus d’actualité, mais quand même… « Le hockey se joue à 6 contre 6 » , certes, mais il aurait fallu ajouter « et à la fin c’est toujours Rouen qui gagne » avec toutes leurs dates ! Comment ça, vous n’en avez rien à cirer de Rouen !!! Vous avez déjà presque tout oublié de votre pays d’origine ???
    Continuez à entretenir ce blog bien passionnant ! 🙂

  2. Sympa l’article, j’aime beaucoup, un par match que vous allez voir ça me va bien 🙂 ça risque d’être compromis pour les playoffs cette année !

    Mais cette année c’est Montréal qui gagne !

  3. Salut Floran,
    Content que tout se passe bien dans ta nouvelle patrie.

    Tu as le bonjour de toute l’équipe ADV.
    Et juste pour te donner des nouvelles : celà fait deux mois de suite que ton client de la tranche 24 a une facture correcte ;-D

    Profitez et Amusez vous bien

    Xavier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *