Sous le soleil de (New) Mexico … Tent Rocks NM et Santa Fe

24 mai 2015

On vous rassure tout de suite, personne n’a été mangé par les souris pendant la nuit. Petit déjeuner assez vite expédié, nous enfilons nos habits de randonnée pour une nouvelle sortie. Nous dépassons Santa Fe pour nous diriger vers le sud ouest.

newmexico_02

Nous nous rendons en effet dans un autre National Monument : Kasha-Katuwe Tent Rocks. Evidemment, Jeff ne peut pas s’empêcher de faire sa star …

Non non, tent rocks ce n'est pas le nom d'un camping.

Non non, tent rocks ce n’est pas le nom d’un camping.

Kasha Katuwe Kézako ? En langue Keresan (langue des indiens Pueblos du Nouveau Mexique), cela signifie falaises blanches. En effet, ce site va rendre jaloux tous nos amis amateurs de cailloux. Déclaré espace protégé par Bill Clinton (le mari d’Hilary) au début des années 2000, le parc s’étend au pied et sur le Plateau Pajarito, qui fait partie des Jemez Mountains.

Prêt pour la surprise au bout du chemin ?

Prêt pour la surprise au bout du chemin ?

La visite commence par une courte marche d’un peu plus d’un kilomètre dans un paysage désertique au pied des falaises. La vue est saisissante dès le parking sur ces immenses murs aux déclinaisons de blanc. Brusquement, nous obliquons à droite pour nous enfoncer dans un canyon très étroit (slot canyon) dont l’entrée presque dissimulée appelle à la découverte.

Au retour, à Jeff de me porter !

Au retour, à Jeff de me porter !

L’expérience de cette petite marche est assez surréelle. Succession de passages très étroits et de sortes de clairières minérales où les falaises blanches striées d’une hauteur difficile à estimer donnent des paysages surréalistes. Le canyon tournicote et on a vraiment l’impression de se promener hors du temps sans aucune idée de ce que va nous réserver le prochain coude. Quelques arbres rassurent quand même que l’on se trouve sur la Terre et pas sur une quelque conque planète lointaine.

Après une petite heure de marche, nous arrivons au pied d’un chemin assez abrupte et surtout au milieu d’un champ de cheminée de fée. Cela nous permet de faire le petit instant scientifique de l’article : suite à une explosion d’un des volcans des Jemez Mountain, plus de 300 mètres de cendres et de dépôts de tufs ont recouvert la surface du parc. Le temps, l’eau, le vent ont fait le reste pour creuser ces étonnantes cheminées. Certaines ont gardés leur couvre chef minéral, d’autres l’ont perdus formant ainsi ces pyramides, ces tentes de pierre qui ont donné leur nom au parc.

DSC03434

Nous empruntons donc le sentier qui va nous mener sur le plateau surplombant le canyon. La montée est courte mais assez raide et nous voyons plusieurs familles rebrousser chemin devant la difficulté (il faut dire que le chemin dans le canyon et ses parois sablonneuses ont l’air de faire le bonheur des enfants). La vue sur les Tent Rocks et le fin goulet d’où nous sommes arrivés est magnifique lorsque nous nous retournons.

La montée vaut vraiment le coup.

La montée vaut vraiment le coup.

Après quelques minutes de montée (et de nombreuses pauses photo), nous arrivons sur le plateau qui nous offre un panorama à 360 degré sur les mesa (plateaux) surplombant les falaises blanches et au loin les Jemez Mountains. Magnifique.

Panorama magnifique surtout au premier plan !

Panorama magnifique surtout au premier plan !

Comme vous pouvez le voir, ce plateau est assez aride. Néanmoins, nous sommes en fin de printemps, et le désert s’égaie de nombreuses plantes et autres. Cactées et délicates fleurs d’altitude de nombreuses couleurs survivent dans cet environnement hostile. Attention quand même aux épines !

Un petit sentier parcourt le plateau et permet de surplomber les alentours pour les admirer. On s’assure que la voiture est encore sur le parking. Nous en profitons pour pic niquer assis devant une vue au moins autant captivante qu’un écran de cinéma. Nous sommes clairement dans un paysage de western. Ici, c’est l’Ouest !

On ne le voit pas sur la photo,mais Lucky Luke chevauche au fond du défilé.

On ne le voit pas sur la photo,mais Lucky Luke chevauche au fond du défilé.

La redescente s’effectue plus rapidement  dans une chaleur plutôt pesante. La sortie du canyon nous donne l’impression de revenir d’un monde enchanteur. Un sentier (accessible à tous) permet également de voir quelques points intéressants du parc dans la plaine. Premièrement, nous découvrons au cœur de la falaise une petite grotte agrandie et aménagée par les indiens. Cette cavité servait de lieu sacrée et Hélène saute sur l’occasion de mettre à profit ses qualités d’escaladeuse afin d’aller rendre visite aux anciens.

DSC03479

La caverne du loup.

Une petite montée nous révèle un peu plus loin un jardin de cheminée de fée (sans chapeau) plantées là par un jardinier farceur. Cela permet à tout le monde de découvrir sans trop d’effort ces étrangetés géologiques et ravit encore la photographe officielle du blog.

Pas besoin d'aller en Egypte pour des pyramides.

Pas besoin d’aller en Egypte pour des pyramides.

La visite du parc se termine en début d’après-midi après environ 4 heures de marche pour une distance d’environ 3.5 miles (5.5 km environ). La difficulté est faible à part un petit passage un peu raide pour monter sur le plateau. L’entrée de ce parc est comprise avec le pass « America is Beautiful ». Enchantés par la visite, nous reprenons la route vers Santa Fe.

On the road again, again ...

On the road again, again …

Après cette balade dans le désert, notre gosier est desséché au possible. Il devient vital de se réhydrater et nous allons joindre l’utile à l’agréable en visitant une institution locale : la Santa Fe Brewing Company. Nous en profitons pour gouter une dizaine de bières allant des très légères Pilsner jusqu’aux plus sombres stout. Comme au Colorado, les noms sont très imagés et les stars locales se nomment : Happy Camper IPA, Santa Fe Hefeweizen ou encore Chicken Killer Barley Wine. Le logo de la marque est le même que celui de l’état du nouveau Mexique. De couleur rouge sur fond jaune (couleur de l’Espagne rendant hommage à la reine Isabelle de Castille), le dessin représente le symbole du soleil dans la culture Zia, une des nombreuses tribus indigène du nouveau Mexique.

Cheers !

Cheers !

Une bonne douche pour nous débarrasser de la poussière du désert et nous voici en route en direction du centre ville. Santa Fe est la capitale du Nouveau Mexique. Fondée en 1607 par les espagnols, elle compte aujourd’hui environ 70 000 habitants. Ce qui saute aux yeux ici c’est la couleur ocre de tous les bâtiments en adobe, église comprise. Ici, l’église San Miguel, une des plus anciennes des Etats Unis.

Magnifiques échafaudages d'époque.

Magnifiques échafaudages d’époque.

Ancienne possession de la très catholique Espagne, de nombreux édifices religieux sont essaimés dans le vile. On trouve même une imposante cathédrale Saint François d’Assise construite autour de 1870 par des missionaires auvergnats sur un modèle européen. Si les églises ne sont pas rares au Colorado, rien de comparable en terme d’ancienneté. Là encore, la couleur ocre est de rigueur.

La cathédrale, construite sur le modèle de celle de Vichy.

La cathédrale, construite sur le modèle de celle de Vichy.

Ville que l’on peut qualifier de bobo, l’impression que laisse le centre de Santa Fe est celle d’une cité-musée un peu trop propre. Ce sentiment est peut être du à l’uniformité de couleur et de formes arrondies des bâtiments. De nombreux musées peuvent être visitées mais nous n’avons pas vraiment pris le temps de nous y attarder. Les boutiques d’art contemporain et d’artisanat amérindien sont omniprésentes et si certaines œuvres exposées dans la ville sont plutôt réussies, on arrive rapidement à une surenchère. A mon avis, la capitale de l’état mérite une courte visite mais pas vraiment plus quand on sait les beautés naturelles que la région peut offrir.

DSC03508

La soirée se termine chez Chris and Sheena – les adorables américains nous ont prêtés la maison – autour d’un repas typique. Nous avons la chance de goûter aux très relevés Blue Corn Chicken Enchiladas. Ce sont des galettes de maïs bleu fourrés au poulet préparés dans une sauce tomate relevés et gratinés au fromage. Délicieux mais un peu piquant pour nos délicats palets français. D’ailleurs ici dans les restaurants, préparez vous à répondre à la question cruciale : green or red ? Ils parlent bien évidemment du piment. So hot !

2 réflexions sur “Sous le soleil de (New) Mexico … Tent Rocks NM et Santa Fe

  1. Pingback: Sur la terre des cactus : Dernière journée en Tent … – Mabouls de Boulder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *