Chez les voisins du Wyoming : Yellowstone NP – Sud Est

25 juillet 2016 (Bon anniversaire au P’tit Quinquin)

Brans le bas de combat, on abandonne sur place notre Gros Ventre pour reprendre la route. Nous traversons le parc du Grand Téton en direction du Nord pour nous rendre vers le gros morceau du séjour, le parc de Yellowstone.

wyo_jour02

Nous profitons de notre route pour essayer d’apercevoir un peu la faune des environs. Les wapitis, bisons et autres ours nous boudent malheureusement et on doit se « contenter » d’une belle vue d’ensemble sur la chaine de montagne. Sous un ciel particulièrement bleu, le panorama du Teton Point Turnout est exceptionnel.

Franchement, ça vaut PRESQUE les Savoies !

Franchement, ça vaut PRESQUE les Savoies !

Un  peu plus loin sur la Snake River, au niveau de Oxbow Bend Turnout, on voit quand même un peu de bestioles.

Et pour les admirer, nous stoppons l’équipage,

Admirables pélicans, grands oiseaux de rivières

Qui suivent, indolents compagnons de voyage,

Les cimes réfléchies sur ces ondes si claires.

Merci Charles pour l’inspiration et merci Hélène pour les réflexions.

Enfin, un dernier arrêt nous amène à Colter Bay, le principal port d’attache sur le Jackson Lake, le plus grand lac du parc. Ce lac artificiel est un lieu de villégiature important (mais on y a quand même pas trouvé de place deux jours avant) et propice aux activités nautiques. Finalement, on passera surtout une heure à faire les boutiques et Claire et Hélène seront les deux seules courageuses à aller voir le lac. Elles en ramèneront quand même une photo en guise de preuve.

Lac d’Annecy depuis le Paquier <3. Ah non …

Lac d’Annecy depuis le Paquier <3. Ah non …

Nous quittons donc par sa sortie Nord le parc du Grand Téton. Au final, nous n’aurons fait que le survoler car les activités qu’il offre sont multiples : randonnées bien sûr mais aussi escalade, alpinisme ou sports d’eau vives. Trop souvent considéré comme une simple journée de transition en partant ou en arrivant du Yellowstone, je pense qu’on peut facilement y consacrer quelques jours si l’on aime la marche. Mais même sans être des randonneurs extrêmes, de petites balades et des routes scéniques offrent tout de même des panoramas grandioses. Bien sûr, on me dira qu’on a les mêmes paysages en France dans les Alpes ; c’est peut-être pour cela que je l’ai tant apprécié : le mal du pays surement !

Une heure petite heure de route dans la forêt, une bonne quinzaine de minutes de bouchon pour faire valider son pass à la cabane du ranger et notre convoi de deux voitures franchit enfin les porte du :

Doyen des parcs nationaux américains (1872), d’une surface supérieure à la Corse, c’est 4 jours que nous allons y consacrer pour au final n’en découvrir que les lieux emblématiques. Pour aujourd’hui, nous aller nous contenter du quart sud-est, au programme du jour : vallées et rivières, geysers et canyons.

La route depuis l’entrée sud du parc passe dans une forêt de résineux longeant un canyon avec une rivière en contrebas. Les paysages ressemblent beaucoup à ceux du Colorado mais un peu moins beau bien évidemment.

La Lewis River d’une belle couleur bleu jeans.

La Lewis River d’une belle couleur bleu jeans.

Nous descendons au niveau de la rivière Lewis et une première pause s’impose. La rivière dessine ici de petites chutes d’eau, les Lewis Falls et nous permet de nous dégourdir les jambes après une grosse heure de route.  Le cours d’eau est ainsi nommé du nom d’un des chefs de l’expédition Lewis et Clark qui a été à traverser le pays d’est en ouest. Pas mal de monde a fait le même choix que nous pour la pause, ça donnera le ton pour tous les sites du parc.

Nous arrivons ensuite au bord de l’immense lac Yellowstone pour un premier aperçu des phénomènes géothermiques du parc. Il faut comprendre que la région repose sur une immense chambre magmatique et que vapeurs et liquides chauffés par cette lave ont besoin de s’échapper de l’écorce de la terre formant geysers et sources chaudes. Le premier de ces points chauds que nous rencontrons est le West Thumb Basin.

Vue d’ensemble du bassin du Pouce Ouest

Vue d’ensemble du bassin du Pouce Ouest

Comme je l’ai dit précédemment, nous sommes situés au bord du lac Yellowstone. Sa forme est grosso modo celle d’une main et une anse à l’Ouest prend la place du pouce. On comprend mieux le nom de la zone (thumb = pouce en anglais). Toujours est-il que nous pouvons admirer les eaux bleues du lac depuis les pontons en bois qui délimitent le chemin entre les sources chaudes. Vu les nombreux touristes qui visitent le site, il vaut mieux en effet sécuriser le chemin afin d’éviter les accidents et les chutes dans les bassins aux eaux aussi acides que bouillantes.

Sur la plage du lac Yellowstone !

Sur la plage du lac Yellowstone !

Nous arrivons devant deux structures géothermiques tout au bord du lac. La première, le Fishing Cone est une source d’eau chaude à environ 80°. C’est un petit cratère qui émerge des eaux. Pour la petite histoire, les trappeurs qui ont découvert le lieu s’en servaient pour cuire immédiatement les poissons qu’ils venaient d’attraper dans le lac. Le second est le Lake Shore Geyser, un geyser qui projette à plus de 6 mètres de haut de l’eau à 90°. Malheureusement, nous n’assisteront pas à l’éruption de ce dernier.

Fishing Cone, le micro onde.

Fishing Cone, le micro onde.

Lake Shore Geyser, l’endormi.

Lake Shore Geyser, l’endormi.

La prochaine histoire est celle d’un coup de cœur. Nous rencontrons notre première pool, le premier bassin de grande taille aux couleurs surnaturelles. Black Pool puisque c’est son nom affiche une profondeur d’une dizaine de mètres, c’est une des plus étendues de West Thumb Geyser Basin. Sa couleur turquoise contraste avec les algues jaunes et rouges qui prolifèrent dans l’eau chaude qui s’en écoule, comme un récif de corail dans quelques centimètres d’eau. Hélène, la photographe, tombe instantanément amoureuse, j’en suis presque jaloux !

Quelles couleurs !

Quelles couleurs !

La poule noire.

La poule noire.

Un peu moins colorée, Abyss Pool est la plus profonde des bassins du parc avec pratiquement 20 mètres de profondeur. De couleur bleu sombre, on y piquerait presque une tête si ce n’était les 80 degrés de l’eau à l’acidité redoutable. Malheureusement, il semblerait que le fragile équilibre de cette source soit en danger, en cause, les détritus et pièces lancés par les touristes au cours des années. Aujourd’hui, les rangers veillent au grain et gare à l’indélicat qui souhaiterait faire un vœu en lançant quelques cents. Il ne faut néanmoins pas croire que tous les bassins sont énormes, la Perforated pool ne mesure que quelques centimètres mais là encore la couleur de l’eau est irréelle.

Plongée dans les abysses.

Plongée dans les abysses.

Perforated Pool

Perforated Pool

West Thumb Geyser Basin est une très bonne mise en bouche pour commencer à découvrir les merveilles géothermiques du parc. Nous avons consacré une heure pour parcourir les pontons qui forment le sentier du site. Nous reprenons la route en direction du Nord, en longeant le lac Yellowstone. Avec Hélène, nous avons l’occasion de jouer un peu les blasés lorsque nous croisons nos premiers wapitis dans le parc. Petit originalité, les cervidés se prélassent au soleil sur une île.

Un piti wapiti.

Un piti wapiti.

Le prochain arrêt est un autre site géothermique, Mud Volcano. Ici, point de piscine azure ou de jets d’eau à des mètres de hauteur mais par contre, ça bloblote, ça fumerolle, ça glougloute, ça pue l’œuf pourri ! Au cours d’une heure de visite, toujours sur des passerelles en bois, nous allons observer sur le flanc d’une colline, tout un réseau de marres boueuses et de ruisseaux. Ci et là des volutes  s’élèvent des lacs et quelques éclaboussures font comprendre que sous nos pieds, la terre vie. L’attraction principale du site est la Dragon’s Mouth Spring (source de la bouche du dragon) une petite caverne de laquelle s’échappe des grognements et des éructations de vapeur. Ce n’est pas sans me rappeler Rototo, un pote de fac au surnom évocateur …

Des paysages désertiques de Mud Volcano, nous passons à la verdoyante Hayden Valley, vastes pâturages entourant le lit de la Yellowstone River. Nous rencontrons nos premiers bisons du parc, mais j’y reviendrais dans l’article de demain.

N’abisons pas des bonnes choses …

N’abisons pas des bonnes choses …

Dernière étape de la journée, le vertigineux canyon de Yellowstone. La rivière Yellowstone a en effet creusé un immense précipice au cours des millénaires, elle s’y précipite depuis une gigantesque cascade. Nous allons descendre le Uncle Tom’s trail pour arriver au plus près du cours d’eau afin de mieux appréhender la puissance des éléments. Et quand je parle de descendre, ce n’est pas une image …

Une petite séance de step ?

Une petite séance de step ?

Au programme, un vieil escalier de métal de 328 marches qui nous emmène vers une plateforme au niveau de la chute d’eau. La descente est plutôt sympathique, avec notamment un panorama qui se découvre au fur et à mesure des marches. La vue est époustouflante lorsque l’on arrive sur la plateforme finale du trail. L’eau se précipite de presque une centaine de mètres formant la Lower Falls of the Yellowstone River dans un canyon aux roches jaunes donnant le nom au parc. La remontée est un peu plus ardue, il faut bien l’avouer, mais de petits bancs stratégiquement disposés permettent de reprendre son souffle.

Aucun bruit, faut dire qu’avec un si gros chut !

Aucun bruit, faut dire qu’avec un si gros chut !

Une petite récupération et nous voici parti pour emprunter le South Rim trail, le sentier qui longe la rive sud du canyon sur laquelle nous nous trouvons. Le sentier forestier fait un peu des montagnes russes sur environ 2 kilomètres et demi et nous offre des vues vertigineuses sur la rivière en contrebas. La force des chutes d’eau projettent des gouttelettes en l’air, formant à intervalles réguliers des arcs en ciel traçant des ponts colorés entre les rives jaunes.

Nous arrivons finalement sur Artist Point et retrouvons un monde fou qui contraste avec la petite marche que nous venons de faire. Il faut dire que la vue englobe tout le canyon depuis les Lower Falls ce qui donne un tableau particulièrement impressionnant. On peut aussi distinguer le canyon qui continue à fracturer le plateau sur des kilomètres, séparant des pans de montagne aux couleurs étonnantes.

Astucieusement, nous avions laissé une voiture sur le parking d’Artist Point et une autre sur celui d’Uncle Tom’s Trail. Cela nous permet de ne pas avoir à faire le retour le long de la rive, encore que celui-ci aurait été plaisant vu les lieux traversés. Il se fait néanmoins tard et nous avons encore notre campement à monter au Canyon Village Campground. Nous profitons de la route longeant la rive Nord pour faire quelques arrêts photos de l’autre côté du canyon. Cela nous permet de visualiser le chemin que nous avons parcouru.

Une fois au camping, c’est le rituel du montage de tente, de l’allumage du feu et de la préparation du repas. Nous profitons également des douches qui se trouvent dans le camping pour délasser un peu sous l’eau chaude des muscles endoloris par une journée bien remplis. Fait habituel, la soirée se terminera autour du feu, sous les étoiles, avec quelques bières fraiches bien méritées !

3 réflexions sur “Chez les voisins du Wyoming : Yellowstone NP – Sud Est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *